La décolonisation des pays Africains

Publié le :

La colonisation de l’Afrique par les étrangers avait pris de l’ampleur tout au long du parcours  du XIXe siècle. Elle aboutit au dépeçage du continent par sept puissances européennes lors de la conférence de Berlin en 1885. Le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, la France et la Grande-Bretagne se sont taillés 54 territoires qui deviendront plus tard des nations.

L’Afrique coloniale en 1946 avait à peu près la même forme que l’Afrique indépendante en 1995. À de très rares exceptions près, les frontières qui avaient été tracées si arbitrairement par les Victorieux ont été conservées deux générations plus tard par les politiciens nationalistes africains. Les nouveaux dirigeants ont non seulement préservé les frontières de leurs adversaires coloniaux, mais ont aussi fréquemment lié leur fortune postcoloniale aux anciens colonisateurs.

Les colonies en Afrique n’étaient pas seulement des terres d’immigration et de peuplement, mais aussi des territoires conquis et gouvernés par des gouvernements étrangers. Un type de domination étrangère était un «protectorat», dans lequel un gouvernement africain indigène restait plus ou moins intact mais ses affaires étrangères étaient prises en charge par une puissance impériale en Europe. 

Les colonies que l’Allemagne a conquises en 1885 ont ensuite été confisquées après la Première Guerre mondiale et la Société des Nations (Actuel ONU) a émis des « mandats » pour leur administration par les puissances coloniales voisines. Les territoires anglophones, à quelques exceptions près, rejoignirent un « Commonwealth des nations » un peu plus lâche, présidé solennellement par la reine d’Angleterre. L’influence de la Grande-Bretagne et de la France est restée importante dans ses anciennes colonies. Dans les colonies portugaises, en revanche, l’influence subsistante de l’ancienne métropole coloniale était plus limitée. Bien que la langue portugaise reste la langue de la politique en Angola et au Mozambique, les affaires étrangères tombent de plus en plus sous l’influence des superpuissances.

​​L’une des profondes transformations culturelles apportées à l’Afrique a été l’acceptation des langues coloniales comme langues d’administration et de justice dans la plupart des États successeurs de l’Afrique. Dans quelques-unes des républiques émergentes, les classes dirigeantes ont même préféré le français, le portugais ou l’anglais dans leur discours social et politique et ont laissé leurs enfants grandir dans l’ignorance des langues vernaculaires traditionnelles. L’éducation, en particulier l’enseignement supérieur, est restée principalement dans le moule européen, avec des manuels et des enseignants. 

Une influence culturelle encore plus omniprésente que la langue et l’éducation était la religion coloniale. Le christianisme s’est répandu bien au-delà des villes coloniales pour affecter la vie des populations rurales qui s’accrochaient encore à leurs propres langues et coutumes.

L’héritage financier du colonialisme était également d’une grande portée. Dans quelques endroits, la décolonisation a entraîné la quasi-disparition du système monétaire. Pour certains, en effet, la monnaie est restée effectivement coloniale, contrôlée par des banquiers extérieurs et soutenue par des exportations vers l’Europe à des conditions choisies par les consommateurs blancs plutôt que par les producteurs noirs. Les nations africaines ont vu leurs dettes monter en flèche et le Fonds monétaire international est intervenu pour superviser leur comptabilité et dicter leurs politiques budgétaires.

La forme d’influence étrangère la plus directe pour survivre en Afrique n’était ni culturelle ni financière mais militaire. La Grande-Bretagne et la France ont apporté une aide militaire ouverte et secrète à leurs héritiers politiques choisis lorsque les contrats sociaux entre les politiciens et le peuple semblaient rompus et que des rébellions menaçaient. Dans certains cas, des politiciens qui ne pouvaient pas compter sur le soutien militaire d’anciens patrons coloniaux ont emprunté des régiments à des tiers ou ont recruté des mercenaires internationaux rémunérés pour renforcer leur autorité et repousser les opposants étrangers et nationaux. Sans surprise, les soldats en sont venus à se considérer comme les arbitres de l’indépendance et ont trop souvent pris le pouvoir en main. La dernière phase de la politique coloniale avait été largement consacrée à la rédaction de constitutions sophistiquées pour le remplacement des régimes coloniaux par des régimes démocratiques.

La décolonisation de l’Afrique

Le processus de décolonisation a été principalement impulsé par les luttes pour l’autodétermination et l’indépendance menées par les mouvements de lutte pour l’indépendance de différents pays africains, qui ont reçu un soutien croissant de la part de l’opinion publique internationale et de certains gouvernements.

La décolonisation de l’Afrique a également été influencée par les changements survenus dans le contexte international de l’époque, notamment la guerre froide et les relations entre les grandes puissances mondiales.

Le processus de décolonisation a été différent dans chaque pays africain et a été influencé par des facteurs tels que la puissance et la détermination des mouvements nationalistes, la position des grandes puissances et le degré de résistance de la puissance coloniale. Dans certains cas, la décolonisation s’est déroulée de manière pacifique, tandis que dans d’autres cas, elle a été marquée par des conflits et des guerres civiles.

En Afrique du Nord

Le premier des territoires nord-africains à retrouver son indépendance d’action après l’imposition de la domination européenne fut l’Égypte.

L’invasion anglo-française de l’Égypte en octobre 1956 n’atteignit pas ses objectifs. Au contraire, il a affaibli les deux principales puissances coloniales et a fait des nationalistes égyptiens des héros dans une grande partie du monde colonial. Gamal Abdel-Nasser, le président égyptien de l’époque est rentré dans l’histoire avec ses troupes.

Le deuxième défi à la domination coloniale britannique en Afrique du Nord est venu du Soudan, une colonie qui était théoriquement sous la responsabilité conjointe de la Grande-Bretagne et de l’Égypte, mais qui était en fait gouvernée par la Grande-Bretagne depuis que l’Égypte avait obtenu son autonomie en 1922. La démocratie a été accordée au Soudan en 1956.

L’Érythrée était devenue une colonie italienne pendant la «ruée vers l’Afrique». En 1941, l’Érythrée est passé sous l’influence de la Grande-Bretagne. En 1950, les Nations Unies ont décidé que l’Érythrée devait être liée à l’Éthiopie et un lent processus d’intégration a commencé. En 1962, l’Érythrée a été officiellement annexée par l’Éthiopie. Certains Érythréens se sont sentis trahis par la Grande-Bretagne, qui les avait simplement libérés de la domination italienne pour les remettre à la domination éthiopienne. En avril 1993, lors d’un référendum soutenu par l’Éthiopie, le peuple érythréen a voté à la quasi-unanimité en faveur de l’indépendance. La reconnaissance internationale officielle d’une Érythrée indépendante et souveraine a suivi plus tard la même année.

​​Le deuxième territoire italien à être décolonisé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale est la Libye. Le jour de l’indépendance de la Libye est observé le 24 décembre de chaque année. En 1951, la Libye a obtenu son indépendance de la France et de la Grande-Bretagne après que l’Assemblée générale des Nations Unies a voté pour que la Libye devienne indépendante en 1952. Une constitution a été rédigée et le roi Idriss a déclaré le pays indépendant. Auparavant, la Libye était divisée entre la Grande-Bretagne et la France après l’éviction de l’Italie du pays. Avant l’Italie, cependant, la Libye était sous la domination de l’empire ottoman. 

La Seconde Guerre mondiale, menée pour proclamer le droit des nations à choisir leur propre destin, a naturellement conduit les Nord-Africains à croire qu’eux aussi bénéficieraient des principes de la démocratie et de l’autodétermination.

La décolonisation de l’Algérie a provoqué une confrontation prolongée et destructrice entre l’Europe et l’Afrique. Le prélude à cette guerre coloniale et à l’octroi de l’indépendance a aussi eu lieu dans les territoires voisins du Maroc et de la Tunisie. Le sultan du Maroc a commencé à proclamer subversivement le droit de son pays à échapper à la tutelle française et à rejoindre les nations arabes indépendantes du monde islamique. les Français ont déchu le sultan, les citadins ont boycotté les produits français, les compatriotes ont pris les armes dans des forces de guérilla irrégulières et les politiciens ont exigé l’indépendance immédiate. En 1956, la France, après avoir perdu une guerre coloniale en Indochine et engagé une autre en Algérie, cède et le sultan est revenu pour devenir le roi indépendant Mohamed V du Maroc.

La Tunisie a connu une confrontation similaire avec la France. L’opposition des colons à une réforme politique, même progressive, a bloqué la création d’un parlement tunisien et conduit à l’arrestation du plus pragmatique des nationalistes tunisiens, Habib Bourguiba. Ici, la France a rapidement décidé de revenir sur sa politique, a libéré l’homme d’État martyr, a concédé l’autonomie interne et a finalement accordé l’indépendance à la Tunisie en 1956. Trois semaines après la décolonisation du Maroc, Bourguiba est devenu président de la Tunisie.

La décolonisation relativement rapide de tous les protectorats nord-africains, du Maroc à l’Erythrée, dans les dix années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, a naturellement conduit les Algériens à présumer qu’eux aussi pouvaient espérer accéder à l’indépendance. L’Algérie, cependant, était constitutionnellement très différente de tout autre pays d’Afrique et était administrée comme s’il s’agissait de trois départements de la France métropolitaine. Sur le plan économique, la situation était très différente des autres relations coloniales. L’ampleur du commerce et des investissements français en Algérie correspondait à l’échelle des engagements économiques de la France dans tous les autres territoires de son empire réunis. C’est ainsi que les financiers français et leurs associés politiques à Paris étaient plus réticents à transférer le pouvoir politique en Algérie. En effet, il y avait presque autant de colons français en Algérie qu’il y avait de colons britanniques en Afrique du Sud. 

Toute l’opinion politique française se mobilise pour défendre la colonie la plus riche du pays et le ministre socialiste de l’intérieur, François Mitterrand, défend la thèse selon laquelle l’Algérie fait partie de la France. Les moyens utilisés pour sauver l’Algérie française de la vague de décolonisation ont été brutaux. En 1958, les intérêts de l’Algérie et de la France avaient commencé à diverger à mesure que la guerre se poursuivait avec de nombreuses pertes blanches, une désillusion politique croissante et, surtout, une lourde charge pour le Trésor français. Au milieu de la ruée des colons sur le départ, la guerre prit fin et l’indépendance arriva le 5 juillet 1962.

En Afrique de l’Ouest

Le pionnier de la décolonisation en Afrique de l’Ouest était le Ghanéen Kwame Nkrumah. La décolonisation au Ghana était considérée comme raisonnablement sûre. Il n’y avait pas de colons blancs dont les privilèges raciaux nécessitaient une protection spéciale. Selon l’expression de l’époque, le Ghana était considéré comme « prêt pour l’indépendance » d’une manière que les autres colonies ne l’étaient pas, du moins pas aux yeux des Européens. La décolonisation a été menée par des femmes du marché sans formation en « préparation à l’indépendance » et par des salariés et des retraités de guerre qui ont compris que leurs revenus reculaient dans une économie dirigée par des étrangers. Nkrumah a remporté ses troisièmes élections générales en 1956 et le Ghana a obtenu son indépendance en 1957.

Après la Seconde Guerre mondiale, la politique française en Afrique de l’Ouest tendait à assimiler les dirigeants africains à la culture européenne et en nommant des politiciens africains symboliques à des postes au sein du gouvernement français. Le prix était l’acceptation de l’adhésion à une union française et dans laquelle la France prendrait les grandes décisions stratégiques. Toutes les colonies françaises d’Afrique de l’Ouest ont accepté la forme limitée de semi-indépendance de de Gaulle en 1958 sauf la Guinée de Sékou Touré.

En 1960, les colonies françaises en Afrique de l’Ouest ont également reçu une forme d’indépendance qui leur a permis d’accéder à un siège à l’ONU. La même année, un défi tout à fait différent est venu de la décolonisation et de la consolidation du Nigeria, le géant africain qui occupait la partie orientale de l’Afrique de l’Ouest. La décolonisation du Nigéria a impliqué un processus de dix ans d’essais et d’erreurs à partir de 1960. 

En 1966, les populations Igbo qui ont bénéficié de riches opportunités économiques en émigrant vers le nord, ont été attaquées et tuées par des voisins Haoussa jaloux de leur succès économique. Les Igbo étaient obligés de quitter le nord pour rentrer chez eux. Mais l’est du Nigeria, déjà plus peuplé que toute autre partie du Nigeria, n’avait pas d’emplois salariés pour les rapatriés et manquait de terres agricoles. Le désespoir des réfugiés Igbo a incité un colonel Igbo déçu, Ojukwu. Au vu de la situation, Ojukwu, a dit aux Igbo qu’ils ne pouvaient pas faire confiance à leurs compatriotes nigérians et qu’ils devaient chercher leur propre destin en tant que république indépendante du Biafra.

La sécession du Biafra du Nigeria a été un chapitre important de l’histoire de la décolonisation. Alors que la France, mais aussi le Portugal, soutenaient secrètement la sécession, la Grande-Bretagne, mais aussi l’Union soviétique, soutenaient le gouvernement fédéral, chacun anticipant les bénéfices à long terme de son assistance militaire à court terme aux protagonistes. Finalement les compromis et les concessions nécessaires à la paix et à l’unité du Nigéria ont été faits en 1970,

Vers 1960, la Grande-Bretagne a dû transférer le pouvoir avec des politiciens élus dans les provinces à Sierra-Léone au lieu des descendants des colons noirs amenés d’Amérique du Nord au XVIIIe siècle après la guerre d’indépendance qui avaient une situation prospère. 

Au Libéria, les réalités politiques ont suivi un chemin similaire à celles de la Sierra Leone. Vers les années 1847, les colons noirs et leurs pasteurs chrétiens ont été implantés par les États-Unis et, en une génération, ont obtenu l’«indépendance» pour mener leurs propres affaires et se défendre contre leurs voisins africains. Le Libéria devient le premier État africain officiellement reconnu par les puissances occidentales. Au fait, le Liberia, en Afrique de l’Ouest n’a jamais été colonisé officiellement par aucune puissance européenne. Pour les Libériens indigènes, le pays était toujours une colonie, appartenant aux USA et administrée par une oligarchie de colons noirs. Après 1945, de lentes transformations se sont produites qui correspondaient à celles d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, la politique s’est étendue pour inclure les habitants indigènes de la terre du Libéria. 

La plus ancienne communauté créole d’Afrique de l’Ouest dans les années 1960 se trouvait en Guinée-Bissau. En 1963, Amilcar Cabral avec l’aide et la sympathie idéologique de la Guinée-Conakry voisine organisa une armée de guérilla pour combattre l’armée coloniale. Au bout de dix ans, et malgré un complot fomenté dans l’armée de guérilla en 1973 au cours duquel Cabral fut assassiné, les Portugais échouèrent et leur commandant, le général António Spínola, déclara que la reconquête coloniale de la Guinée-Bissau était impossible. Peu de temps après, la population créole des îles du Cap-Vert a obtenu son indépendance en 1975.

En Afrique de l’Est

Des tragédies notables se sont produites dans l’ancienne Somalie italienne et l’ancien Rwanda belge. L’Ouganda, sur les fertiles rives supérieures du Nil, était un protectorat, dont beaucoup d’habitants étaient encore fidèles à leurs rois indigènes bien que soumis à la Grande-Bretagne. Le Kenya, qui contenait des hautes terres luxuriantes entourées de buissons épineux secs, était administrativement une véritable colonie et comptait une petite communauté de colons blancs qui ont joué un rôle important dans l’histoire de la décolonisation. La Tanzanie, le grand plateau cerné de collines du sud, était un mandat colonial, gouverné par la Grande-Bretagne au nom des Nations Unies, qui avait pris en charge la surveillance des colonies confisquées à l’Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale. Et enfin, l’Éthiopie, l’ancien empire montagnard du nord, était sous régime militaire d’urgence, après avoir été conquise par la Grande-Bretagne pour mettre fin à sept ans d’occupation italienne. 

L’Éthiopie est le seul pays africain qui n’a pas été colonisé par les forces coloniales européennes. Il a été brièvement occupé par les Italiens entre 1936 et 1941. Après, il y a débat pour savoir si l’Ethiopie, qui a été occupée par l’Italie fasciste pendant la Seconde guerre mondiale, doit être ou non considérée comme un pays colonisé.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Italie a abandonné le contrôle et la Somalie a été confiée aux Nations Unies. Pendant 10 ans, c’était un territoire sous tutelle de l’ONU sous administration italienne jusqu’en 1960, date à laquelle la Somalie a obtenu son indépendance, a fusionné avec l’ancien protectorat britannique et la République somalienne a été formée.

La décolonisation du Kenya a été l’un des cas classiques de la décolonisation africaine. Le conflit sur l’indépendance du Kenya ressemblait quelque peu au conflit sur l’indépendance de l’Algérie, bien que la population de colons blancs au Kenya représentait à peine un dixième de la taille de la population de colons en Algérie. La rébellion Mau Mau qui a abouti à la décolonisation du Kenya a commencé en 1952 lorsque des groupes subversifs d’Africains désenchantés se sont réunis et ont secrètement juré de ne plus coopérer avec l’autorité coloniale. Le 12 décembre 1963, le Kenya déclare son indépendance de la Grande-Bretagne. La nation d’Afrique de l’Est est libérée de ses oppresseurs coloniaux, mais sa lutte pour la démocratie est loin d’être terminée.

Non seulement les Britanniques ont forcé plusieurs centaines de milliers de Kenyans dans des camps de concentration et suspendu les libertés civiles dans certaines villes. La guerre s’est terminée par l’emprisonnement et l’exécution de nombreux rebelles, mais les Britanniques ont également compris que les choses avaient définitivement changé. Le gouvernement colonial a introduit des réformes permettant aux Kenyans de posséder plus facilement des terres et de cultiver du café, une culture commerciale majeure auparavant réservée aux colons européens. Les Kenyans ont été autorisés à être élus au Conseil législatif à partir de 1957.

Le premier cycle de décolonisation en Ouganda s’est entamé en 1962. L’après-guerre est marquée par la remise en question du protectorat britannique et la montée du mouvement indépendantiste. Celle-ci aboutit en 1962 avec la création d’un État fédéral, l’Ouganda. Cette fédération, ainsi que le règne du roi Mtsea II, prennent fin en 1966 avec le coup d’État du premier ministre Milton Obote. Celui-ci est à son tour renversé en 1971 par un de ses généraux, Idi Amin Dada. Ce général astucieux a reconnu qu’une fois les bureaux de l’État redistribués, la deuxième plus grande source de richesse était entre les mains des marchands asiatiques. Les marchands étaient impopulaires, les Asiatiques étaient racialement étrangers. Au nom du nationalisme, il a lancé un deuxième cycle de « décolonisation » et a donné à toute la communauté des colons asiatiques, des immigrants et des expatriés un préavis de quitter le pays. Ce général qui a instauré une dictature brutale a fini par être évincé et contraint à l’exil, en 1979.

Le mouvement d’indépendance de la Tanzanie a commencé en 1954 et était dirigé par Julius Nyerere, qui a cofondé l’« Union nationale africaine du Tanganyika (TANU) ». Élu au Conseil général lors des élections nationales de 1958-1959, Nyerere, connu sous le nom d’enseignant ou « Mwalimu » en swahili en raison de sa carrière d’enseignant, devint le premier président d’un Tanganyika indépendant en 1961. Il devient une république l’année suivante et a fusionné avec Zanzibar en 1964 après avoir renversé le sultan de Zanzibar. C’est alors que le nom du pays a changé en Tanzanie. Lorsque ses plans n’ont pas réussi à rendre la Tanzanie autonome, il est devenu le premier dirigeant africain à démissionner volontairement de ses fonctions. Il reste une figure respectée dans la région en raison de ses principes éthiques.

Les îles Comores, de tradition musulmane et d’économie liée à l’industrie française de la parfumerie, accèdent à l’indépendance en 1975 (suite à un référendum en 1974). L’île Maurice, a été colonisée principalement par des Indiens francophones, mais gouvernée depuis les guerres napoléoniennes par la Grande-Bretagne, accède à l’indépendance en 1968. La Réunion voisine, en revanche, n’a pas recherché l’indépendance mais une relation plus étroite avec la France, devenant finalement un territoire français d’outre-mer avec d’importantes subventions financières. 

La décolonisation de Madagascar est intimement liée aux campagnes de la Seconde Guerre mondiale. Considéré comme un emplacement stratégique clé à la fois par la France et la Grande-Bretagne, le gouvernement français de Vichy a combattu sans succès les Britanniques pour le contrôle de Madagascar. Les actions des Français ont galvanisé l’appel croissant à l’indépendance. En 1960, la République de Madagascar accède à l’indépendance totale. 

En Afrique Centrale

Le premier cas, et le plus difficile à traiter pour la France, a été celui du Cameroun. Le pays était presque aussi diversifié dans sa composition culturelle et ethnique que le Nigéria voisin. Au Cameroun, deux territoires aux traditions coloniales françaises et britanniques contrastées ont été réunis. Lorsque les Bamilékés se sont rebellés contre les obstacles placés sur leur chemin, les Français ont utilisé la force militaire pour les écraser avec la perte de plusieurs milliers de vies. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le pays est passé sous tutelle de l’ONU en 1946, l’autonomie a été accordée et l’Union du peuple camerounais est devenue le parti dominant en faisant campagne pour la réunification du Cameroun français et britannique et pour l’indépendance. En 1960, le Cameroun est devenu une république indépendante.

En République centrafricaine, riche en diamants, les politiciens et hommes d’affaires français ont manipulé ouvertement les groupes d’intérêts locaux et ont même appris à vivre avec l’un des politiciens militaires les plus despotique d’Afrique et à en tirer profit. En tant que colonie d’Ubangi-Shari, l’actuelle République centrafricaine a été unie au Tchad en 1905. En 1910, elle a été jointe au Gabon et au Moyen-Congo pour devenir l’Afrique équatoriale française. Après la Seconde Guerre mondiale, une rébellion en 1946 a forcé les Français à accorder l’autonomie gouvernementale. En 1958, le territoire a voté pour devenir une république autonome, et le 13 août 1960, le président David Dacko a proclamé l’indépendance de la république vis-à-vis de la France.

La plus petite et la plus riche des colonies équatoriales françaises, et celle où le moins de pouvoir a été transféré aux politiciens africains dans le processus de décolonisation, était le Gabon. La richesse du Gabon était telle que lorsque le président nommé par la France fut menacé de destitution par des intérêts locaux rivaux, l’armée de de Gaulle envahit la nouvelle république pour restaurer l’ordre postcolonial choisi. Le territoire accède à l’indépendance en 1960.

L’Espagne accorda plus tard son indépendance à la Guinée équatoriale en 1968. São Tomé, l’île au large décolonisée par le Portugal en 1975.

L’ancienne colonie belge, le zaïre, actuel République démocratique du Congo-Kinshasa était un complexe géant imbriqué de sociétés minières et de plantations maintenues ensemble par des forces armées. En 1960, le pouvoir était partagé entre la tradition culturelle modérée de l’ouest et la tradition bureaucratique radicale du nord. Kasavubu est devenu président et Lumumba premier ministre. 

Dans les quinze jours de la décolonisation belge, Moïse Tshombe et ses partisans ont décidé de faire sécession et de créer leur propre république indépendante du Katanga. De manière tout aussi spectaculaire, les États-Unis ont décidé de s’opposer au régime sécessionniste soutenu par les entreprises, craignant que l’éclatement du Zaïre ne crée des opportunités indésirables pour une intervention soviétique. La crise a été renvoyée aux Nations Unies, qui ont décidé de mettre fin à la rébellion et de réintégrer la riche province minière au Zaïre.

La mise en œuvre de cette politique a nécessité trois années d’intervention armée d’une importante force internationale. Pendant la lutte, Lumumba a été kidnappé et assassiné et sa tradition bureaucratique radicale a été partiellement remplacée par une tradition populiste violente. En 1964, Moïse Tshombe qui avait été chassé par les Nations Unies est revenu au au Zaïre. Il recrute des mercenaires et permet aux entreprises coloniales de rouvrir leurs portes dans une sécurité postcoloniale modérée. Un an plus tard, les politiciens dirigés par le président Kasavubu ont destitué Tshombe. Quelques semaines plus tard, eux-mêmes ont été destitués par Mobutu, un politicien issu de l’armée qui se disputait l’héritage belge. Mobutu était complice du limogeage de Lumumba, sinon de son assassinat.

Après la Seconde Guerre mondiale, les mouvements d’indépendance ont commencé mais ont été sévèrement réprimés par les forces militaires portugaises. Les principales organisations nationalistes étaient le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), un parti marxiste ; Front National pour la Libération de l’Angola (FNLA); et l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA). Après 14 ans de guerre, le Portugal a finalement accordé l’indépendance à l’Angola en 1975.

En Afrique Australe

En 1961, les droits des noirs d’Afrique du Sud faisaient à nouveau la une des journaux. La décolonisation en Asie du Sud et en Afrique de l’Ouest avait créé un Commonwealth multiracial qui était incapable d’accepter comme membre une république dirigée par les Afrikaners qui conservait la suprématie politique blanche de style colonial. Une lutte de 30 ans a finalement amené la réforme politique, le partage démocratique du pouvoir et la réadmission de l’Afrique du Sud dans le Commonwealth. 

Le Congrès national africain avait été fondé en 1912 pour donner aux Noirs sud-africains une voix dans la nouvelle Union sud-africaine. L’engagement inébranlable du congrès visait l’union de tous les peuples d’Afrique du Sud sans distinction de race et sans séparation ethnique des territoires. L’apartheid et les bantoustans étaient des défis directs à ses idéaux les plus chers d’intégration nationale et d’égalité sociale. Lorsque les politiciens blancs sont arrivés au bout du chemin et n’ont plus pu se permettre de réprimer la majorité noire, ils ont décidé de rechercher un partenariat. Le Parti nationaliste afrikaner a lâché son leader indéfectible, qui s’était montré incapable de mener à bien les réformes démocratiques que la crise semblait exiger, et a nommé un nouveau président, FW de Klerk. FWde Klerk. Il a entamé un dialogue avec le Congrès national africain, a libéré Nelson Mandela de prison et a organisé une élection démocratique à l’échelle nationale. En 1994, de Klerk a été nommé vice-président d’une Afrique du Sud non raciale. Nelson Mandela est devenu président.

Les efforts politiques locaux pour obtenir l’indépendance au Malawi avaient commencé dès 1915, mais ont pris de l’ampleur lorsque le Dr Hastings Kamuzu Banda est revenu dans le pays en 1958. En 1961, son parti a remporté une nette victoire aux élections locales. En 1964, la région rebaptisée Nyassaland est devenue la nation indépendante du Malawi.

La même année, la Rhodésie du Nord est devenue la République de Zambie indépendante du Royaume-Uni et le premier ministre de l’époque, Kenneth Kaunda, en est devenu le premier président.

L’année 1970 a commencé une décennie de changement qui a transformé la Rhodésie raciste en Zimbabwe multiracial dans l’une des luttes les plus acharnées pour la décolonisation en dehors de l’Algérie.

La guerre de libération au Zimbabwe a pris fin non pas par une victoire sur le terrain mais par la pression internationale de l’extérieur. L’élection supervisée au niveau international a donné une majorité confortable à Mugabe, qui est devenu le Premier ministre d’un Zimbabwe indépendant en 1980. La victoire de Mugabe au Zimbabwe doit beaucoup au soutien qu’il a reçu de ses voisins du Mozambique.

La guerre coloniale au Mozambique, comme la guerre coloniale anti-portugaise en Angola, a commencé au début des années 1960 lorsque l’idée de liberté se répandait rapidement en Afrique orientale et australe à une époque où les paysans qui cultivaient les cultures coloniales, et en particulier le coton, connaissaient déclin économique et fiscalité oppressive plutôt qu’amélioration du bien-être. En 1962, plusieurs groupes anti-coloniaux se sont regroupés pour former le Front de libération du Mozambique (FRELIMO). En septembre 1964, ils entament une campagne de guérilla armée contre les Portugais. Le FRELIMO a pris le contrôle de Maputo, la capitale, en avril 1974 lors d’un coup d’État. L’indépendance du Mozambique a été officiellement déclarée un peu plus d’un an plus tard, le 25 juin 1975.

Les politiciens blancs d’Afrique du Sud ont adopté la stratégie classique de décolonisation consistant à rechercher des partenaires parmi leurs adversaires. Leurs premières négociations ont été avec les nationalistes de Namibie qui, après une longue guérilla sur le terrain et une diplomatie intense aux Nations Unies, ont obtenu une indépendance séparée en 1990.

Conclusion

En Afrique, les populations indigènes, bien que parfois gravement marquées par l’exploitation et la répression, ont survécu pour être les peuples dominants dans toutes les nations décolonisées. Ce n’est qu’en Afrique du Sud que des populations de colons et de métis similaires ont évolué et ont occupé une position dominante.

En général, la décolonisation de l’Afrique a été un processus qui a permis aux pays africains de recouvrer leur souveraineté et leur indépendance politique, et qui a été crucial pour le développement de l’identité nationale et de l’autodétermination de ces pays. Cependant, elle a également été accompagnée de nombreux défis et difficultés, notamment en ce qui concerne la stabilisation politique, l’édification de structures de gouvernement solides et le développement économique.

La dernière question qu’un lecteur se posera est de savoir si la révolution africaine qui a conduit à la décolonisation était le résultat d’une campagne nationaliste pour l’indépendance, ou le résultat d’une retraite impériale, ou la conséquence de la pression des superpuissances pour accéder à un continent gardé par les Européens. La réponse donnée ci-dessus est que les trois facteurs étaient importants.

Voir aussi

Que valent les armées Africaines face à celles des grandes puissances ?

S'adressant à la radio BBC à Londres où il a assisté au premier...

Modibo Keita et la vision d’une Afrique unie

Qui était Modibo Keita ? Considéré comme « l’un des plus grands leaders du...

Amílcar Cabral : Héros commémoré en Guinée-Bissau et au Cap-Vert

Amílcar Cabral était une figure marquante du XXe siècle. Son leadership a encouragé...
Send this to a friend