Qui était le Dr Cheikh Anta Diop : Figure intellectuelle majeure du XXe siècle

Publié le :

Qui était le Dr Cheikh Anta Diop ?

Le Dr Cheikh Anta Diop (1923-1986) était un physicien, anthropologue, philosophe et historien sénégalais qui prônait le panafricanisme et une vision plus élevée – plus précise – des civilisations africaines tout au long de sa vie personnelle et professionnelle. Ses recherches scientifiques sur l’histoire de l’Afrique ont eu un effet d’entraînement sur la diaspora africaine au fil des décennies et restent d’actualité aujourd’hui.

Diop est diplômé en philosophie et en chimie à l’Université de Paris dans les années 1950 et 1960. Il a enseigné les sciences dans les écoles parisiennes et a organisé et assisté à des réunions comme le premier Congrès panafricain des étudiants et le premier Congrès mondial des écrivains et artistes noirs pendant son séjour là-bas. Lorsqu’il obtient son doctorat en lettres en 1964, il retourne au Sénégal enseigner comme maître de conférences à l’université de Dakar (depuis rebaptisée université Cheikh-Anta-Diop, UCAD) en son honneur.

Diop était un militant politique pour l’unité africaine et l’anticolonialisme, fondant plusieurs partis d’opposition pour défier le président sénégalais de l’époque, sympathisant avec la France. Cette opposition a valu à Diop d’être arrêté et à purger une peine de prison mettant sa vie en danger.

Plus tard, Diop a acquis une plus grande reconnaissance pour ses études, devenant chercheur et recevant plusieurs prix pour ses écrits et ses recherches.

Le leadership éclairé de Diop

Les recherches et publications de Diop se sont concentrées sur le panafricanisme et l’édification de la diaspora africaine. Il a fait valoir que seul un État africain uni et fédéré pourrait vaincre le sous-développement ; il a également proposé qu’une seule langue africaine soit utilisée sur tout le continent à des fins officielles, éducatives et culturelles afin de créer ce sentiment d’unité. Sur cette base, Diop a proposé des stratégies pour développer les matières premières et l’industrie africaines. Il a également appelé à la constitution d’une armée continentale africaine, afin de défendre les peuples africains et leurs nations.

Certains des travaux les plus intéressants de Diop portaient sur le développement sociétal des cultures européennes par rapport aux cultures africaines. Jetez un œil à ce tableau illustrant les principaux points de sa « théorie des deux berceaux » :

Parallèlement à sa théorie des deux berceaux, Diop a remis en question les visions eurocentriques de l’histoire et de la culture et a proposé des visions afrocentriques de l’histoire et du développement culturel. Il revendique l’Égypte comme une civilisation africaine noire qui a produit une pensée et une science comparables, et même ayant une influence sur les idées originaires de la Grèce antique. Ces idées n’étaient pas seulement théoriques, mais elles avaient, et ont toujours, une valeur incroyable pour renforcer le sens de l’histoire culturelle et l’estime de soi des gens de la diaspora africaine. Sa reconnaissance de la richesse et de la profondeur des cultures africaines lui a permis de réécrire une histoire raciste qui a contribué à des siècles d’asservissement.

Le Dr Cheikh Anta Diop revendique l’Égypte comme une civilisation africaine noire qui a produit une pensée et une science comparables, et même ayant eu une influence sur les idées originaires de la Grèce antique.

Il y a plus de six décennies, Immanuel Wallerstein (historien économique) résumait ainsi la contribution de Diop : « La tentative la plus ambitieuse de reconstruction de l’histoire africaine a peut-être été les nombreux écrits de Cheikh Anta Diop. » En 1966, lors du premier Festival mondial des arts nègres, Diop partagea avec feu WEB DuBois un prix spécial, décerné pour reconnaître l’influence démesurée des deux écrivains sur la « pensée nègre » du XXe siècle.

Ses trois livres les plus connus sont «Vers la Renaissance africaine : Essais sur la culture et le développement africains, 1946-1960», «L’unité culturelle de l’Afrique noire» et «L’origine africaine de la civilisation : mythe ou réalité».

Après avoir passé sa vie à servir et à combattre pour ses compatriotes africains, le Dr Cheikh Anta Diop est décédé le 7 février 1986 à Dakar, au Sénégal.

Grâce à ses travaux sur les origines historiques égyptiennes, ainsi qu’à ses contributions à l’étude des origines de l’homme, Diop a joué un rôle important dans la réfutation de la notion de supériorité intellectuelle européenne basée sur les différences biologiques entre les races. Diop a contribué à prouver que l’homme est originaire d’Afrique, ce qui signifie que tous les humains partagent une histoire intellectuelle biologique, réfutant ainsi toute disparité intellectuelle fondée sur la race.

Voir aussi

Que peut apprendre l’Afrique de la Corée du Sud ?

L'Afrique, pourrait-on dire, est l'une des dernières régions du monde à se développer...

Il n’y a pas de développement sans science et technologie

Les progrès technologiques dans les domaines de la santé, de la communication et...

Internet et l’intelligence artificielle a démocratisé l’accès à la connaissance

La démocratisation des connaissances et de la technologie a toujours été un moteur...
Send this to a friend