Le terrorisme en Afrique

Publié le :

Parmi les défis les plus importants que l’humanité connaît aujourd’hui, il y a les gouvernements irresponsables, le chômage, le trafic d’êtres humains, le trafic d’armes et de drogue, l’appauvrissement de la majorité, le sida et le paludisme, l’accaparement des terres et des ressources par les puissants, les réfugiés, etc. A cela s’ajoute le terrorisme.

Le terrorisme reste un phénomène mondial. En fait, ces dernières années, le terrorisme s’est répandu à grande échelle sur tout le continent malgré les efforts régionaux et internationaux. Les opérations croissantes des organisations terroristes remettent de plus en plus en question la sécurité et la stabilité des pays africains depuis leur indépendance.

Le 11 septembre 2001, le monde stupéfait assistait aux attentats du World Trade Center aux États-Unis. Depuis cette date, la principale localisation de la menace terroriste internationale s’est déplacée de la région de l’Afghanistan vers d’autres pays, en particulier vers la péninsule arabique, l’Afrique du Nord et de l’Est, et de plus en plus vers le Sahel et le Sahara, pour finalement couvrir plusieurs régions africaines, tels que le Nigeria, le Burkina Faso, le Mali et la République démocratique du Congo.

Dans ce contexte, le continent africain est devenu une base importante pour la concentration de nombreuses organisations terroristes, telles qu’Al-Qaïda et l’État islamique. Ainsi, les problèmes structurels tels que la pauvreté endémique, le chômage, la corruption, les espaces sous-gouvernés, l’absence d’institutions fortes ont permis aux organisations terroristes d’augmenter leur influence sur le continent après le ralentissement de leur expansion dans d’autres zones géographiques telles que le Moyen-Orient. Tout cela soulève les raisons et les motivations qui ont influencé la croissance de l’activité des organisations terroristes sur le continent, et ses répercussions sur la sécurité et la stabilité des pays africains en général. Peut-on dire que le terrorisme devient le mode de conflit dominant en Afrique ?

Dans les années 1990, les attaques terroristes en Afrique étaient assez épisodiques et confinées à des contextes locaux relativement bien définis, en Algérie, au Libéria, en Sierra Leone et en Ouganda par exemple. Aujourd’hui, avec la montée en puissance de groupes comme Boko Haram au Nigeria (avec sa portée régionale) et la propagation des attaques d’Al-Shabaab en Somalie, au Kenya et en Ouganda, le terrorisme est devenu une menace sécuritaire majeure sur le continent africain. .

En effet, le Maghreb a vu s’implanter plusieurs groupes, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) à la suite d’une restructuration du Groupe salafiste (algérien) pour la prédication et le combat (GSPC). 

Dans la Corne de l’Afrique, ce sont plutôt Al-Shabaab d’origine somalienne, et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) d’origine ougandaise, qui dominent les activités terroristes dans la région et au-delà, notamment dans le cas de la LRA qui est aussi très commun en Afrique centrale. 

Cependant, c’est en Afrique de l’Ouest et au Sahel que le terrorisme s’est développé le plus rapidement ces dernières années. Le Nigeria et le bassin du lac Tchad sont traversés par Boko Haram et leurs affiliés dissidents, avec la présence de l’État islamique en Afrique de l’Ouest. Le Mali reste également l’épicentre d’un terrorisme croissant. 

L’Afrique australe, pour sa part, qui semblait jusqu’à récemment à l’abri des groupes terroristes, fait face à des attaques sporadiques d’un groupe se faisant appeler Ansar al-Sunnah et opérant dans le nord-est du Mozambique.

Compte tenu de cela, nous constatons actuellement l’existence de quatre régions présentant le risque terroriste le plus élevé.

– Afrique de l’Est : le Mouvement des jeunes moudjahidines est actif en Somalie depuis deux décennies dans le contexte de la détérioration de la situation politique et sécuritaire dans le pays. Les mouvements sont principalement concentrés dans le centre et le sud de la Somalie, où ils contrôlent la majeure partie des terres, et ont été impliqués dans la mort de plus de quatre mille personnes entre 2010 et 2016. Malgré les efforts locaux, régionaux et internationaux des forces somaliennes, des forces de l’Union africaine « AMISOM » et des forces américaines stationnées au Camp Lemonnier à Djibouti, il convient de noter que le groupe terroriste Al-Shabab continue d’opérer et a des prolongements régionaux, son activité terroriste s’étend au-delà des frontières de la Somalie.

– Afrique centrale : l’escalade du terrorisme en Afrique de l’Est est une source d’inspiration pour certaines organisations d’Afrique centrale, notamment en République démocratique du Congo et au Mozambique où l’organisation « ISIS » a mobilisé quelque 2 000 combattants selon estimations des Nations Unies. Cela soulève la possibilité que le nord du Mozambique devienne une base d’opérations pour l’Etat islamique dans la région. 

– Afrique de l’Ouest : l’Afrique de l’Ouest fait partie des régions les plus touchées, alors que les opérations terroristes se sont multipliées au Nigeria, au Niger, au Cameroun, au Tchad, au Mali et au Burkina Faso avec près de 186 attentats en 2019 dans le lac Tchad et dans la région du nord-est du Nigeria, où se trouve Boko Haram, Mouvement très actif en Afrique de l’Ouest. Les estimations donnent la mort de plus de 30 000 personnes en raison des activités terroristes de Boko Haram en 2009 et le déplacement de plus de trois millions de personnes. Les pertes au Burkina Faso sont d’environ 80 personnes en 2016 à plus de 1 800 en 2019, et le nombre de personnes déplacées a diminué avec environ 500 000 personnes cherchant refuge dans les pays voisins, selon les statistiques des Nations Unies.

– La région du Sahel et du Sahara : c’est une région qui témoigne de dynamiques complexes au niveau géopolitique et sécuritaire, elle représente un milieu d’incubation pour de nombreuses organisations terroristes dont l’activité s’étend régionalement dans la plupart des pays de la région et l’on craint que 30 000 combattants libyens ne s’y installent, notamment en raison du contexte sécuritaire régional agité, qui se situe principalement en Libye et au Mali.

Par conséquent, le continent africain représente un champ de propagation pour les organisations terroristes, avec le potentiel de devenir le terreau fertile du Jihad mondial dans les décennies à venir, remplaçant le Moyen-Orient. On peut déjà dire que les pays les plus exposés au risque terroriste dans le monde se trouvent désormais sur le continent africain, notamment dans la région subsaharienne.

Les facteurs d’expansion et de diffusion du terrorisme en Afrique

Il faut savoir que le continent africain n’est pas menacé par les progrès de l’Islam mais par des causes lourdes qui perdurent et sapent les fondements de l’État-nation et même de l’existence des peuples. 

Dans un contexte convulsif mettant en vedette la crise économique que traversent la plupart des pays africains en raison de la chute drastique des prix du pétrole, de la propagation du Covid-19, des manifestations populaires, les pays africains sont contraints de rester très vigilants.

L’un des principaux défis auxquels est confronté l’État postcolonial en Afrique est le phénomène de la corruption. En effet, la collusion entre officiers des armées de certains pays africains, comme au Sahel, où les dirigeants politiques et les criminels participent activement aux affaires illicites, combinée aux défaillances de la gouvernance, sont des réalités qui compliquent la situation politique au sein des États africains.

Un autre mal de l’Afrique post-coloniale est la nature tribale de la société africaine. L’esprit tribal qui règne dans la plupart des pays fait que la quasi-totalité des États n’a pas su convaincre la société africaine de sa neutralité, et la personnification d’une ethnie ou d’une tribu reste dans le prisme des populations.

La porosité des frontières en Afrique avec les interconnexions établies entre groupes extrémistes et gangs criminels, expliquent le nombre important d’attentats terroristes perpétrés ces dernières années dans plusieurs pays de la zone (Niger, Burkina Faso, Tchad, Nigeria), entraînant de graves conséquences humanitaires, avec d’importants flux de réfugiés, ce qui est l’illustration la plus évidente de l’insécurité qui afflige l’Afrique aujourd’hui.

Le discours religieux extrémiste représente également un facteur et un vecteur important pour les organisations terroristes, qu’elles exploitent pour influencer de larges secteurs de la société africaine, en particulier les jeunes, dans le but de les pousser à porter les armes. Al-Qaïda est considérée comme l’organisation qui a utilisé le discours religieux pour recruter plus d’adeptes dans de nombreuses régions du monde, en particulier en Afrique.

Un autre facteur à prendre en compte est l’analphabétisme, qui facilite la création de cellules dormantes affiliées à des groupes terroristes dont elles peuvent bénéficier au moment opportun du fait de l’état de sympathie des tribus africaines à leur égard notamment, comme le Front du Libération du Macina (FLM), qui est stationné au Mali.

Pour le suivi et la croissance de leur activité sur le continent africain, les organisations terroristes dépendent de l’apport de nouvelles ressources financières. La richesse et les ressources naturelles dont jouit la majeure partie de l’Afrique, telles que le pétrole, l’or, l’uranium et autres, représentent une ressource majeure pour ces organisations terroristes, en particulier Al-Qaïda et ISIS. Par exemple, l’Etat islamique est très actif dans le nord du Mozambique, riche en pétrole et en gaz, où de nombreuses entreprises internationales opèrent sur le terrain.

A tout cela s’ajoute la présence étrangère à un moment où le continent africain est le théâtre d’une forte concurrence entre puissances internationales et régionales pour s’approprier les ressources et richesses offertes par les pays africains. L’activité des organisations terroristes qui retiennent le mot d’ordre du Jihad contre l’Occident pour libérer les pays africains du colonialisme européen est également en augmentation. Par ailleurs, les dirigeants politiques des pays africains ont longtemps été cantonnés dans une position de « candidat » à l’aide extérieure. Cela a encouragé des groupes terroristes à attaquer des forces étrangères dans certaines parties de l’Afrique, comme le Sahel et le Sahara, où les forces françaises sont stationnées.

D’une manière générale, le continent africain restera sous le joug des menaces terroristes et de l’activité des organisations terroristes à moins que de réels efforts régionaux et internationaux ne soient conjugués pour éradiquer les racines du terrorisme, ce qui nécessite, en premier lieu, de s’attaquer aux causes qui en contribuant à l’élimination des organisations terroristes. Les États de l’Union africaine doivent améliorer les conditions politiques, économiques, sociales et sécuritaires pour permettre à leurs citoyens de vivre dans un environnement approprié et pour éviter la croissance de sentiments de frustration et de désespoir de ne pas atteindre un minimum de vie décente.

Dans cette lutte aujourd’hui, il est essentiel de soutenir à tout moment un service de renseignement national et international qui fonctionne bien, un service diplomatique respecté et des forces spéciales de réserve bien entraînées qui peuvent agir à tout moment. 

Et enfin la nécessité d’empêcher les grandes puissances d’utiliser l’Afrique comme champ de bataille sous le slogan de la lutte contre le terrorisme pour leurs intérêts stratégiques et leurs avantages économiques. 

Par conséquent, la combinaison d’une bonne gouvernance nationale et d’un système démocratique, associée à la capacité militaire des États africains à faire face à la menace terroriste, peut être la seule solution plausible. Par conséquent, l’avenir de l’Afrique peut désormais être invariablement lié à la guerre contre le terrorisme.

Voir aussi

Les pays Africains jouent-ils un rôle central dans les relations internationales ?

Trois choses essentielles structurent la bataille sur la scène internationale à savoir la...

RD Congo: constamment en crise à cause de ses ressources naturelles

La République démocratique du Congo, également connue sous le nom de RD Congo,...

Que valent les armées Africaines face à celles des grandes puissances ?

S'adressant à la radio BBC à Londres où il a assisté au premier...
Send this to a friend