L’aide étrangère : plus de mal que de bien pour l’Afrique ?

Publié le :

Faire l’aumône à l’Afrique reste l’une des plus grandes idées de notre époque – des millions de personnes manifestent pour cela, les gouvernements sont jugés pour cela, des célébrités en font le prosélytisme. Les appels à davantage d’aide à l’Afrique se font de plus en plus entendre, les partisans faisant pression pour doubler les quelque 50 milliards de dollars d’aide internationale qui vont déjà à l’Afrique chaque année.

L’aide est un véritable désastre politique, économique et humanitaire

L’économiste zambienne Dambisa Moyo a contesté de nombreuses hypothèses sur l’aide dans son livre Dead Aid. Elle a fait valoir que l’aide n’avait pas simplement échoué, mais avait aggravé les problèmes de l’Afrique. La culture insidieuse de l’aide a rendu les pays africains plus endettés, plus sujets à l’inflation et moins attrayants pour les investissements de meilleure qualité. Cela augmente le risque de conflits civils et de troubles (le fait que plus de 60 % de la population de l’Afrique subsaharienne ait moins de 24 ans et que ses perspectives économiques soient rares est une source d’inquiétude). L’aide est un véritable désastre politique, économique et humanitaire.

Peu de gens nieront qu’il existe un impératif moral clair pour que l’aide humanitaire et caritative intervienne si nécessaire, comme lors du tsunami de 2004 en Asie. Néanmoins, il est bon de rappeler ce que l’aide d’urgence et l’aide caritative peuvent et ne peuvent pas faire. Ce type d’aide peut fournir des solutions de fortune pour atténuer les souffrances immédiates, mais, par sa nature même, ne peut pas constituer la plateforme d’une croissance durable à long terme.

Quelles que soient ses forces et ses faiblesses, cette aide de type caritatif est relativement petite comparée à la masse d’argent qui inonde l’Afrique chaque année sous forme d’aide au développement, de gouvernement à gouvernement ou venant de grandes institutions de développement telles que la Banque mondiale et le FMI.

Malgré les milliards de dollars d’aide au développement transférés des pays riches vers l’Afrique, le pouvoir d’achat d’une bonne partie des populations africaines n’a pas vraiment évolué au cours des 60 dernières années. 

Même après les campagnes très agressives d’allégement de la dette des années 1990, les pays africains paient encore près de 20 milliards de dollars de remboursement de dette par an, un rappel brutal que l’aide n’est pas gratuite. Afin de maintenir le système en marche, la dette est remboursée au détriment de l’éducation et des soins de santé en Afrique. Les appels bien intentionnés à l’annulation de la dette ont peu de sens lorsque l’annulation s’accompagne d’une nouvelle injection d’aide et que le cercle vicieux recommence.

L’aide a permis de maintenir au pouvoir des gouvernements inefficaces

Une économie naissante a besoin d’un gouvernement transparent et responsable et d’une fonction publique efficace pour répondre aux besoins sociaux. Ses habitants ont besoin d’emplois et de foi en l’avenir de leur pays. Un excès d’aide s’est avéré incapable d’aider à atteindre ces objectifs.

Un flux constant d’argent «gratuit» est un moyen idéal pour maintenir au pouvoir un gouvernement inefficace ou simplement mauvais. Au fur et à mesure que l’aide arrive, le gouvernement n’a plus rien à faire – il n’a pas besoin d’augmenter les impôts, et tant qu’il paie l’armée, il n’a pas à tenir compte de ses citoyens mécontents. Peu importe que ses citoyens soient privés de leurs droits (car sans imposition, il ne peut y avoir de représentation). Tout ce que le gouvernement a vraiment besoin de faire, c’est de courtiser et de satisfaire ses donateurs étrangers pour rester au pouvoir. 

L’aide étrangère favorise la corruption et rend les pays africains dépendants

L’Afrique est le seul continent au monde où les apports d’aide publique dépassent largement les apports de capitaux privés. Ceci est problématique car aucun pays au monde n’a atteint un développement substantiel basé sur la dépendance à l’aide.

Les arguments avancés par ces critiques soulignent le fait que l’aide publique crée une dépendance, favorise la corruption, encourage la surévaluation de la monnaie et ne permet pas aux pays de profiter des opportunités offertes par l’économie mondiale.

Il y a deux côtés au débat sur l’aide étrangère aux pays en développement, en particulier en Afrique sub-saharienne.

La première est que le modèle économique africain dépendant de l’aide fournit de l’argent « gratuit » qui empêche les pays de profiter des opportunités offertes par l’économie mondiale.

L’autre est que l’aide étrangère n’est pas un problème en soi, mais la mauvaise allocation des ressources, la corruption et la mauvaise gouvernance limitent la capacité de l’Afrique à utiliser l’aide.

Les arguments contre l’aide mettent en évidence des lacunes dans la gestion de l’aide étrangère. Les pays bénéficiaires versent l’argent de l’aide dans des projets d’éléphants blancs pauvres et inefficaces qui ne favorisent pas la croissance et le développement ni ne construisent de bonnes institutions. Et il y a une mauvaise utilisation de l’argent.

Comme l’a soutenu l’ambassadeur de Corée du Sud en Afrique du Sud, l’aide est inefficace là où il y a une mauvaise gouvernance, et inutile là où il y a une bonne gouvernance.

Non à l’aide au développement

Les partisans de l’aide n’hésitent pas à affirmer que l’aide de 13 milliards de dollars (100 milliards de dollars en termes actuels) du plan Marshall de l’après-Seconde Guerre mondiale a aidé à sortir une Europe brisée du bord d’un gouffre économique, et que l’aide pourrait fonctionner, et travailler, si l’Afrique disposait d’un bon environnement politique.

Les défenseurs de l’aide minimisent le fait que les interventions du plan Marshall étaient courtes, précises et limitées, contrairement aux engagements à durée indéterminée qui donnent aux gouvernements africains le sentiment d’être dans leur bon droit plutôt que d’encourager l’innovation. Aucun pays n’a jamais réussi sur le plan économique en dépendant de l’aide comme de nombreux pays africains essaient de faire.

La bonne nouvelle est que nous savons ce qui fonctionne; ce qui assure la croissance et réduit la pauvreté. Nous savons que les économies qui s’appuient sur des engagements d’aide illimités échouent presque universellement, et que celles qui ne dépendent pas de l’aide réussissent. Ce dernier point est vrai pour des pays économiquement prospères comme la Chine, et même plus près de chez nous, en Afrique du Sud et au Botswana. Leur stratégie de financement du développement met l’accent sur le rôle important de l’entrepreneuriat et des marchés par rapport à un système d’aide au développement statique qui prêche la charité. 

Les gouvernements doivent attirer davantage d’investissements étrangers directs en améliorant l’environnement des affaire, en créant des structures fiscales attrayantes, en réduisant la bureaucratie et les réglementations complexes pour les entreprises. 

Voir aussi

Multinationales occidentales, pillage, corruption et impunité en Afrique

Bien que la domination européenne formelle en Afrique ait pris fin en 1977...

Derrière les belles intentions des ONG en Afrique

Certaines Organisations Non Gouvernementales (ONG) et donateurs contribuent à la perpétuation d'un cycle...

La dépendance des pays africains vis-à-vis de l’aide est un véritable problème

L'aide étrangère est la somme totale des transferts monétaires des pays riches vers...
Send this to a friend