Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale en Afrique : un bilan désastreux

Publié le :

L’impact des politiques préconisées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) en Afrique fait l’objet d’une attention accrue. Les universitaires africains et les ONG internationales concernées par le développement de l’Afrique se demandent si les politiques imposées par la Banque mondiale et le FMI en Afrique ont réellement aidé ou entravé l’objectif d’augmentation du niveau de vie de la majorité des Africains. L’appel international en faveur de l’annulation de la dette du tiers monde n’a cessé de croître au cours des dernières années, mettant en lumière la question de savoir si les politiques du FMI ont contribué à accroître le fardeau de la dette extérieure des pays africains. 

Les critiques de la Banque mondiale et du FMI ont fait valoir que les politiques mises en œuvre par les pays africains, destinées à contrôler l’inflation et à générer des devises étrangères pour aider à rembourser les dettes du FMI, entraînent souvent une augmentation du chômage, de la pauvreté et de la polarisation économique, entravant ainsi le développement durable.

L’origine des institutions de Bretton Woods

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont été formés lors de la conférence de Bretton Woods dans le New Hampshire, aux États-Unis, en 1944. Ils ont été conçus comme le pilier de l’ordre économique mondial d’après-guerre. La Banque mondiale se concentre sur l’octroi de prêts à long terme pour soutenir des projets de développement. Le FMI se concentre sur l’octroi de prêts pour stabiliser les pays confrontés à des crises financières à court terme. 

Les institutions de Bretton Woods en Afrique

La Banque mondiale et le FMI sont devenus de plus en plus importants en Afrique en raison de la crise économique du début des années 1980. À la fin des années 1970, la hausse des prix du pétrole, la hausse des taux d’intérêt et la chute des prix d’autres produits de base ont empêché de nombreux pays africains pauvres de rembourser des dettes extérieures croissantes. Au début des années 1980, la crise de la dette africaine s’est aggravée.

Les pays africains avaient besoin d’énormes sommes d’argent pour rembourser leurs dettes extérieures. Malheureusement, la part de l’Afrique dans le commerce mondial diminuait et les recettes d’exportation diminuaient alors que les prix mondiaux des produits de base continuaient de chuter. La dépendance de nombreux pays africains vis-à-vis des importations de produits manufacturés les a amenés à importer davantage alors qu’ils exportaient moins. 

Les gouvernements africains avaient besoin de nouveaux prêts pour payer leurs dettes impayées et pour répondre aux besoins intérieurs critiques. La Banque mondiale et le FMI sont devenus les principaux fournisseurs de prêts aux pays qui n’étaient pas en mesure d’emprunter ailleurs. Elles ont pris le relais des gouvernements riches et des banques privées comme principale source de prêts aux pays pauvres. Ces institutions (FMI et Banque mondiale) ont accordé des prêts en « devises fortes » aux pays africains pour assurer le remboursement de leurs dettes extérieures et rétablir la stabilité économique.

Les programmes d’ajustement structurel (PAS) en Afrique

Pour que la Banque mondiale et le FMI approuvent les prêts et les subventions, un ensemble de politiques standard a été imposé aux emprunteurs. C’était une précaution nécessaire pour s’assurer que les emprunteurs rembourseraient les prêts. L’ensemble de politiques standard était appelé Programmes d’Ajustement Structurel (« PAS »).

Les programmes d’ajustement structurel (PAS) sont des programmes mis en place par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale pour aider les pays en développement à remédier à des difficultés économiques et financières. Ils ont été mis en place dans de nombreux pays africains dans les années 1980 et 1990 dans le but de rétablir la stabilité économique et de soutenir le développement à long terme.

Les PAS comprenaient généralement des mesures comme la dévaluation de la monnaie, la libéralisation des échanges, la privatisation des entreprises publiques et la réduction des dépenses publiques. Le but était de renforcer la compétitivité des économies africaines et de favoriser l’investissement privé. Les PAS avaient pour but de réduire le rôle de l’État et promouvoir le rôle du secteur privé. L’idéologie qui sous-tend ces politiques est souvent qualifiée de «néolibéralisme». 

Les conditions des institutions de Bretton Woods (PAS) en Afrique (et dans d’autres pays en développement) exigent des pays débiteurs qu’ils appliquent les mesures suivantes :

– La privatisation d’industries (y compris de produits de première nécessité tels que les soins de santé et l’eau), la réduction des dépenses publiques et l’imposition de frais d’utilisation ;

– La libéralisation des marchés des capitaux (qui entraîne l’instabilité des transactions en devises) ;

– La fixation des prix en fonction du marché (qui tend à augmenter le coût des produits de base) ;

– La hausse des taux d’intérêt et la libéralisation du commerce.

En Afrique, les PAS ont évolué pour couvrir davantage de domaines des politiques intérieures, non seulement budgétaires, monétaires et commerciales, mais aussi la législation du travail, les soins de santé, les réglementations environnementales, les exigences de la fonction publique, l’énergie et les marchés publics. Avec l’imposition complète des PAS en 1986, le FMI est devenu l’une des institutions les plus influentes au monde. À l’époque, ses 2 500 employés dictaient les conditions économiques de la vie de plus de 1,4 milliard de personnes dans 75 pays en développement. Selon Asad Ismi, « Jamais dans l’histoire une agence internationale n’a exercé une telle autorité. »

Alors que la Banque mondiale et le FMI exigent des coupes budgétaires dans les secteurs publics des pays africains, les programmes d’ajustement structurel autorisent les dépenses du secteur public pour les armements et le secteur militaire en général. En 1999, les États-Unis ont exporté plus de 11,8 milliards de dollars d’armes et d’armements, dont environ 7,6 milliards de dollars ont été vendus en Afrique au plus fort des PAS.

Le bilan désastreux

Le bilan en Afrique de ces institutions a été souvent critiqué et certaines personnes considèrent qu’il a été désastreux. Selon certains, le FMI et la Banque mondiale ont imposé des politiques économiques néfastes aux pays africains qui ont eu pour effet de renforcer la pauvreté et les inégalités, de réduire la qualité des services publics et de dégrader l’environnement.

Les conséquences des programmes d’ajustement structurel en Afrique

Selon une étude multi pays (dont trois pays africains) menée sur 3 ans, publiée en avril 2002 par le Réseau international d’examen participatif de l’ajustement structurel (SAPRIN), qui a été préparée en collaboration avec la Banque mondiale, les gouvernements nationaux et la société civile, les PAS ont « accru la pauvreté, les inégalités et l’insécurité dans le monde. Ils ont déchiré le cœur des économies et le tissu social… en augmentant les tensions entre les différentes couches sociales, en alimentant les mouvements extrémistes et en délégitimant les systèmes politiques démocratiques.

SAPRIN explique cette accusation accablante en identifiant quatre façons dont les réformes menées dans le cadre des PAS ont appauvri les populations et accru les inégalités économiques. 

Premièrement, les réformes du commerce et du secteur financier ont détruit l’industrie manufacturière nationale, entraînant un chômage massif des travailleurs et des petits producteurs. 

Deuxièmement, les réformes agricoles, commerciales et minières ont réduit les revenus des petites exploitations et des communautés rurales pauvres, ainsi que leur sécurité alimentaire. 

Troisièmement, les mesures de flexibilisation du marché du travail et les privatisations ont entraîné des licenciements massifs de travailleurs et se sont traduites par des salaires plus bas, des emplois moins sûrs, moins d’avantages sociaux et « une érosion des droits des travailleurs et de leur pouvoir de négociation. » La privatisation des principaux actifs nationaux et des services essentiels a également permis aux sociétés multinationales de soustraire des ressources et des bénéfices aux pays, ainsi que d’augmenter les tarifs de l’eau et de l’électricité, ce qui a touché les pauvres plus durement. 

Quatrièmement, la réduction des dépenses de santé et d’éducation dans le cadre des PAS et l’introduction de frais d’utilisation pour ces services, combinées à la hausse des tarifs des services publics, ont entraîné « une forte augmentation du nombre de pauvres ainsi qu’une aggravation de la pauvreté ».

Si les économistes politiques africains estiment que les PAS ont été un échec, certains pointent aussi la responsabilité des politiques des gouvernements africains car ces derniers composent finalement avec les conditions ou politiques d’ajustements qu’imposent ces IFI pour accéder à des prêts.

Pourquoi ces institutions ont un impact mitigé en Afrique ?

Encore aujourd’hui, ces IFI continuent d’assister des gouvernements illégitimes africains, favorisant ainsi leur maintien au pouvoir et la corruption. Malgré tous ses prêts depuis une trentaine d’années, les pays africains sont encore ceux qui ont l’Indice de Développement Humain les plus faibles et les exportations de la plupart de ces pays sont limitées aux matières premières et produits agricoles de base. Chaque année, les pays africains doivent rembourser la dette pendant qu’une bonne partie des populations africaines continuent de vivre sous le seuil de la pauvreté. 

La Banque mondiale et le FMI font partie depuis des décennies d’un schéma bien pensé pour maintenir les pays précédemment colonisés dans une situation de dépendance. Cycle de la dette, détournement de fonds et pillage à grande échelle des richesses des pays du Sud, maintiennent ces pays perpétuellement sous le joug de prêts conditionnels. Non seulement les IFI refusent de reconnaître leur contribution à la situation difficile actuelle de nombreux États, mais elles se repositionnent désormais comme des sauveurs. Malgré leur impact beaucoup plus négatif que positif, plusieurs gouvernements africains continuent de les solliciter.

Le FMI reconnaît de plus en plus les brutalités du néolibéralisme et ses actions, surtout lors de la période de pandémie mondiale (Covid19), parlent d’elles-mêmes. Dans les pays du Sud, les communautés pauvres sont encore plus touchées par l’augmentation des taxes à la consommation telles que la taxe sur la valeur ajoutée sur les biens essentiels. Et la Banque mondiale continue de défendre une approche axée sur le secteur privé, qui attire les investisseurs étrangers dans les infrastructures et les services sociaux dans les pays du Sud.

En fait, le FMI et la Banque mondiale ne peuvent pas à elles seules porter la responsabilité de ce bilan désastreux dans les pays africains. La réalisation de progrès durables et significatifs dépend surtout de la capacité des gouvernements africains à mettre en place des réformes et des politiques efficaces et de la participation active de la société civile.

Voir aussi

Les pays Africains jouent-ils un rôle central dans les relations internationales ?

Trois choses essentielles structurent la bataille sur la scène internationale à savoir la...

Multinationales occidentales, pillage, corruption et impunité en Afrique

Bien que la domination européenne formelle en Afrique ait pris fin en 1977...

Pour une Afrique à la conquête du Monde: 05 ingrédients de succès

Plus d'industrie, de meilleurs apports en devises étrangères, des exportations à fortes valeurs...
Send this to a friend