La discrimination silencieuse des Passeports, certains plus privilégiés

Publié le :

Visiter un pays Européen ou Occidental pour un Africain, c’est comme essayer de construire l’Amérique à cause de la procédure d’obtention de Visa. Pendant les restrictions de voyage liées au covid, les premiers individus à le crier à haute voix sur les réseaux sociaux ont été les citoyens des pays développés. La vérité est; les ressortissants des pays les plus pauvres ont toujours vécu sous des restrictions de voyage toute leur vie. Grâce au système basé sur les privilèges du passeport.

Si vous avez la chance d’être né en Occident ou dans l’un des pays répertoriés comme pays du premier monde, il y a toutes les chances que vous puissiez traverser le monde si voyager est votre passion. Cela ne s’applique pas aux millions d’accros du voyage qui appartiennent à la catégorie des pays du tiers-monde. Un citoyen des États-Unis, d’Europe ou du Canada, par exemple, n’est tenu de porter que son passeport valide, puis de réserver un billet d’avion pour le Caire pour visiter la pyramide de Gizeh lors de vacances aléatoires. En revanche, les ressortissants égyptiens n’ont pas le même privilège de voyager. Cela signifie qu’un Égyptien, un Sud-Africain ainsi que la plupart des natifs des pays en développement ne peuvent pas simplement réserver un billet d’avion pour les États-Unis, le Canada ou l’Europe pour un week-end. C’est ce qu’on appelle le « privilège de passeport, » dans lequel de nombreux Occidentaux ne connaissent même pas le terme en question.

Un Tanzanien, comme tout autre natif d’un pays en développement, doit effectuer une longue procédure de visa juste pour rendre visite à un membre de la famille, qui vit aux États-Unis, au Canada ou en Australie, quel que soit le statut du membre de la famille dans les pays ci-dessus.

Malheureusement, de nombreuses personnes originaires de pays bénéficiant d’un passeport justifieraient cette forme de discrimination du XXIe siècle. C’est parce que nous sommes amenés à croire que sans ces restrictions basées sur les passeports, les Africains et les immigrants pauvres prendront le contrôle de l’Occident sous la forme de réfugiés. Cependant, seuls 16 % des réfugiés dans le monde sont hébergés dans les pays développés. En d’autres termes, 84 % du total des réfugiés et des demandeurs d’asile sont actuellement hébergés dans des pays en développement. Cette simple vérité est quelque chose que vous ne voyez pas dans les journaux télévisés.

En ce qui concerne les réfugiés et les demandeurs d’asile, ce sont des personnes qui sont contraintes de fuir leur pays. Il n’a jamais été facile pour quiconque de décider de quitter son pays d’origine sans avoir l’intention d’y retourner. En dépit de leurs raisons humanitaires pour quitter leur lieu de naissance, les soi-disant nations du premier monde font tout leur possible pour les maintenir piégés dans des situations dangereuses, et en même temps empêchent d’autres passionnés du voyage d’accéder à la mobilité, sous couvert de migrations de réfugiés indésirables. Ce qui est encore pire, c’est que les citoyens des pays développés continuent de jouir du privilège de simplement réserver des billets d’avion pour les pays dont les citoyens ne sont pas autorisés à accéder facilement à leur propre pays. La relation est assez inégale.

La discrimination silencieuse

Le Partners Visa Restriction Index a débuté en 2006 et a ensuite été renommé Hanley Passport Index en 2018. Il s’agit d’un système qui classe les passeports en fonction de leur capacité à voyager. Les pays les plus pauvres sont certainement positionnés en bas, tandis que les pays les plus riches sont placés au sommet de l’échelle. Bien que personne ne se soit plaint ouvertement de cette inégalité, le système est tout simplement discriminatoire. Les gouvernements des pays victimes ne semblent pas perturbés par cet ordre hiérarchique puisque le stéréotype ne s’applique pas à leurs fonctionnaires. Les cadres sont titulaires de passeports diplomatiques, ce qui les immunisent contre la ségrégation systématique apportée par le système d’indexation des passeports. Cela laisse les citoyens ordinaires des nations du tiers monde souffrir en silence sans voix du tout.

Aux États-Unis, « l’immigration illégale » est probablement devenue l’une des expressions les plus utilisées. C’est parce que les citoyens des pays développés ne sont même pas conscients que le système les a injustement favorisés. Malgré l’inégalité de traitement flagrante entre les gens, le système essaie de faire croire à tout le monde que nous avons tous droit à l’égalité. Nelson Mandela a dit un jour : « Tant que la pauvreté, l’injustice et les inégalités flagrantes persistent dans notre monde, aucun de nous ne peut vraiment se reposer. » Enfin, votre passeport peut déterminer combien vous gagnez, quelles que soient vos compétences.

Source :
IA Noé, Passeport Discrimination – Linkedin

Voir aussi

Penser au-delà de la croissance économique et du PIB dans les pays africains

La « croissance économique » est l’un des principaux atouts utilisés par les...

Le racisme comme outil du capitalisme

Trop souvent, le racisme est présenté dans les médias mainstream comme une réalité...

Le pouvoir, un élément clé pour comprendre le racisme

Le concept de racisme va au-delà des simples préjugés raciaux, de la haine...
Send this to a friend