Être antiraciste, c’est quoi ?

Publié le :

La race n’existe pas biologiquement, mais la façon dont les gens s’identifient à la race est si puissante qu’elle influence leurs expériences et façonne leurs vies. Dans une société qui privilégie les blancs et la blancheur, les idées racistes sont considérées comme normales dans les médias, la culture, les systèmes sociaux et les institutions. Historiquement, les opinions racistes justifiaient le traitement injuste et l’oppression des personnes de couleur (y compris l’esclavage, la ségrégation, l’internement, etc.).

Être antiraciste, c’est lutter contre le racisme.

Personne ne naît raciste ou antiraciste. Être antiraciste résulte d’une décision consciente de faire quotidiennement des choix fréquents, cohérents et équitables. Ces choix nécessitent une conscience de soi et une réflexion sur soi continues tout au long de la vie. Être raciste ou antiraciste n’est pas une question de qui vous êtes ; il s’agit de ce que vous faites.

D’après Paul Ladipo,

Il ne suffit pas d’être gentil ou de ne pas être raciste pour mettre fin au racisme.

De nombreux Blancs pensent que l’antidote au racisme est la gentillesse ; qu’en étant polis, ils ne peuvent pas avoir une once de racisme dans leur corps. Mais voilà ce que les gens ne comprennent pas :

Le racisme n’est pas seulement une haine intentionnelle. C’est un comportement qui produit des inégalités raciales.

Ici, dans le Midwest, la politesse et les bonnes manières sont reines. « S’il vous plaît », « merci », « excusez-moi » et « je suis désolé » sont les règles tacites. Au fil des ans, des voisins blancs, des amis, des collègues et des membres de l’Église ont fait preuve de cette gentillesse à l’égard de ma famille et de moi-même. Ils nous ont aidés à déménager, nous ont prêté du matériel pour réparer notre maison et nous ont apporté de la nourriture après la naissance de notre fils.

De l’avis général, il s’agissait de personnes sympathiques et « non racistes ». Cependant :

Combien de ces mêmes personnes soutiennent les politiciens qui promulguent des lois qui nuisent de manière disproportionnée aux Noirs ?
Combien d’entre eux nient le racisme systémique et son impact sur les Noirs et les Marrons ?
Combien d’entre eux, lorsque Mike Brown, Trayvon Martin, Breonna Taylor et George Floyd ont été tués par la police, ont automatiquement supposé qu’ils étaient en tort ?

Ce que je veux dire, c’est que le racisme n’est pas seulement le fait d’extrémistes marginaux et de chahuteurs dans le métro. Les personnes sympathiques et « non racistes » ont des préjugés et commettent des erreurs comme tout le monde. Les ressources humaines, le système judiciaire, les forces de l’ordre, la médecine et l’éducation sont remplis de personnes animées de bonnes intentions. Mais indépendamment des bonnes ou mauvaises intentions, l’impact du racisme est le même pour les Noirs et les personnes racialement marginalisées.

Je ne dis pas qu’il ne faut jamais être gentil. Ce que je dis, c’est que nous avons besoin de gentillesse et d’une volonté de comprendre et de disséquer le racisme. C’est cela l’antiracisme : être proactif pour s’informer sur le racisme, ce à quoi il ressemble, comment il se manifeste dans notre vie quotidienne et comment y mettre un terme. À quoi bon faire des biscuits pour les enfants des quartiers défavorisés si vous soutenez des mesures visant à supprimer leur repas gratuit ou à prix réduit ?

Voir aussi

Qui est Thomas Sankara, le révolutionnaire

L'impérialisme se manifeste souvent sous des formes plus subtiles, un prêt, une aide...

La discrimination silencieuse des Passeports, certains plus privilégiés

Visiter un pays Européen ou Occidental pour un Africain, c'est comme essayer de...

Martin Luther King Jr, l’un des symboles de la lutte antiraciste aux aux États-Unis

Martin Luther King Jr a été l'un des militants des droits civiques les...
Send this to a friend