Le secteur des industries créatives en Afrique : un potentiel réservoir d’emplois

Publié le :

Pendant des décennies, les nations africaines se sont concentrées sur différentes voies et secteurs pour la création d’emplois, mais ont largement ignoré les industries créatives, jusqu’à présent.

Pour faire face à la croissance démographique et à la demande d’emplois, les pays africains doivent créer ensemble un million d’emplois chaque mois. Pour ce faire, ils doivent regarder au-delà de la fabrication et de l’agriculture tant appréciées, qui sont généralement des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre.

Le secteur dynamique du divertissement en Afrique repose sur les arts, notamment le cinéma, la musique, la mode et l’artisanat, qui deviennent de plus en plus une sensation mondiale. Pour aider les Africains à exploiter le potentiel des industries créatives, la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a lancé le Creative Africa Nexus (CANEX), un programme visant à soutenir les industries créatives et culturelles africaines.

Les industries créatives sont un multiplicateur d’emplois en Afrique

Les industries créatives sont un multiplicateur d’emplois en Afrique et génèrent 4,2 milliards de dollars de revenus à travers le continent. Des chaînes de valeur complexes relient plusieurs fournisseurs de services.

Pour que des économies créatives prennent forme en Afrique, divers obstacles doivent être surmontés. Actuellement, les membres de la société civile sont les principaux initiateurs des industries culturelles et pour assurer leur succès, il est important que les gouvernements soutiennent ces initiatives par le biais d’une élaboration de politiques bien informées et d’investissements accrus.

En élaborant des politiques de soutien au secteur, le gouvernement peut influencer les résultats car ils ont un rôle immense à jouer dans le succès ou l’échec des futures économies créatives. Les gouvernements africains doivent se concentrer sur le droit d’auteur, la législation sur les droits de propriété intellectuelle et son application pour lutter contre le piratage endémique. De plus, les gouvernements doivent réduire la censure et la bureaucratie excessive qui limitent le développement des industries créatives et culturelles.

Le tourisme culturel est l’un des principaux domaines sur lesquels se concentrer, car le tourisme est le secteur de l’économie mondiale qui connaît la croissance la plus rapide. Le tourisme a le potentiel de contribuer grandement à la croissance économique du continent, améliorant ainsi les moyens de subsistance des populations locales.

Le tourisme culturel est un bon pari pour le continent puisqu’il possède une grande richesse en patrimoine culturel.
Un autre domaine à surveiller est la mode car, au cours des dernières années, l’industrie de la mode en Afrique s’est considérablement développée. Le plus notable est que le tissu et la mode africains sont devenus populaires au-delà du continent, attirant le public occidental et les créateurs de mode.

Les designs africains sont devenus une industrie avec un impact considérable sur les tendances mondiales. La mode stimule les économies locales en fournissant des emplois aux créateurs, aux producteurs de textiles et aux tailleurs.

L’industrie cinématographique est probablement l’exemple le plus notable des industries créatives en plein essor en Afrique. L’industrie cinématographique nigériane, Nollywood, est le quatrième secteur économique du Nigeria et les films sont connus dans le monde entier.

Les pays peuvent diversifier leurs économies en utilisant des éléments culturels et le succès de Nollywood illustre comment. Avec un tel secteur, la dépendance vis-à-vis des forces extérieures créatrices d’emplois est réduite.

Tout comme l’industrie cinématographique, l’industrie de la musique a connu une croissance exponentielle avec un nombre croissant de plateformes distribuant et partageant la musique africaine. Les plateformes musicales stimulent, promeuvent et soutiennent le secteur musical diversifié en Afrique.

Les festivals culturels continuent d’attirer des dizaines de milliers de visiteurs du monde entier, ce qui génère des revenus importants pour les secteurs de l’hôtellerie, de l’artisanat, de la restauration, des bars et du commerce. Cela crée à son tour des milliers d’emplois, y compris dans les biens et services fournis par les populations locales.

Les festivals ont contribué à soutenir les communautés en faisant revivre les spectacles traditionnels tels que les danses traditionnelles, les masques de traditions orales et les marionnettes, entre autres. De plus, les festivals ont permis aux habitants d’interagir socialement avec les festivaliers, ce qui favorise la compréhension mutuelle et la formation de nouvelles entreprises interculturelles.

En janvier 2020, Afreximbank a créé un fonds de 500 millions de dollars américains pour soutenir les industries créatives africaines. Le président d’Afreximbank, Benedict Oramah, a déclaré que le continent est confronté à un défi pour monétiser efficacement sa production créative. Une fois cela fait, a-t-il dit, l’innovation suivrait.

Avec l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), cela aiderait à relever un certain nombre de défis pour stimuler la production créative de l’Afrique, notamment des protections inégales de la propriété intellectuelle, des systèmes de paiement fragmentés et des capacités humaines inadéquates dans les industries créatives.

Mais pour réussir, les acteurs des secteurs créatifs doivent s’adapter et investir dans la technologie pour aider à développer l’entrepreneuriat créatif du continent.

Avec la pandémie de Covid-19, il y a eu une accélération notable des changements de consommation et des tendances numériques qui étaient en mouvement avant la crise.

Pour maintenir l’élan et développer davantage l’industrie de plusieurs milliards de dollars, les entrepreneurs doivent tirer parti des outils habilitants à leur disposition. Le commerce électronique, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et l’impression numérique sont des outils qui façonneront l’avenir du secteur en Afrique.

Voir aussi

Qui était Marcus Garvey : fervent partisan du nationalisme noir et du panafricanisme

Marcus Mosiah Garvey, Jr., (17 août 1887 – 10 juin 1940) était un...

La vie incroyable et l’héritage de Michael Jackson, le roi de la pop

Qui était Michael Jackson ? Michael Joseph Jackson (29 août 1958 à Gary, Indiana...

Air Afrique : L’ascension et la chute d’une icône africaine

De 1961 à 2002, Air Afrique a connecté l’Afrique, laissant une marque indéniable...
Send this to a friend