Que valent les armées Africaines face à celles des grandes puissances ?

Publié le :

S’adressant à la radio BBC à Londres où il a assisté au premier sommet Royaume-Uni-Afrique la semaine dernière, le président Museveni a déclaré que l’Afrique aurait dû prendre des mesures pour arrêter une intervention militaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en Libye en 2011. L’Afrique aurait pu intervenir… La Libye était un pays africain attaqué par des puissances étrangères ; nous aurions dû intervenir.

La vérité est que même si l’Afrique mettait toutes ses ressources ensemble et que nous devenions tous des soldats armés entraînés, nous ne serions pas à la hauteur de l’OTAN. La Libye possédait à elle seule l’une des armées les mieux équipées et les plus modernes du continent. Mais n’était pas à la hauteur de la puissance aérienne supérieure de l’OTAN. Le mieux que les généraux « redoutés » et puissants de la Libye pouvaient faire était de fuir pour sauver leur propre vie. L’événement le plus récent qui nous aide à comprendre la vulnérabilité et le malheur qui tourmentent les armées des pays en développement a été l’assassinat du redouté et puissant général iranien Qassem Soleimani près de l’aéroport international de Bagdad le 3 janvier 2020.

Des drones indétectables par les systèmes radar ont choisi leur cible et ont frappé. Il y avait encore quelques missiles réservés à ceux qui fuyaient les lieux à pied. Tous ont été anéantis. Les guerres du 21ème siècle concernent la technologie supérieure, un domaine dans lequel les pays africains sont encore au 18ème siècle.

Les drones, les missiles balistiques intercontinentaux, les bombes intelligentes, etc., est la voie à suivre. Les problèmes d’avoir des bottes au sol sont maintenant désuets.

Le Vietnam a enseigné aux États-Unis, à ses alliés et au reste du monde que déplacer des hommes vers des terres là-bas pour combattre des guerres comme votre principal atout pour exécuter une guerre est extrêmement risqué. Le terrain, la difficulté à développer et à maintenir les lignes d’approvisionnement, la barrière de la langue et le défi de la collecte de renseignements, etc., désavantagent énormément les armées étrangères. Alors maintenant, vous prenez le contrôle du ciel et faites pleuvoir des bombes de précision et des missiles à des kilomètres de distance. La supériorité dans l’utilisation du satellite est essentielle. Les pays africains manquent de profondeur dans ce domaine.

Même avant d’en arriver là, nous avons encore des défis à relever pour construire des armées nationales, payer des salaires décents aux soldats, les nourrir, les vêtir, les loger, les soigner et les former. Une grande partie de cela est fournie par des donateurs qui financent, forment et équipent les armées africaines avec des munitions bon marché et relativement simples. Ce type de munitions et de compétences convient aux escarmouches, à la guerre tribale, à la guérilla et au maintien de la paix. Ils ne seraient pas à la hauteur des armées développées qui peuvent lancer des missiles à des milliers de kilomètres de distance et des jets furtifs qui rendent la détection par les radars inutile.

Alors pourquoi les gouvernements africains investissent-ils encore d’énormes pourcentages de leurs budgets dans l’armée.

Premièrement, ces armées sont principalement tribales dans leur composition. Ils sont le bras de l’État qui aide à maintenir au pouvoir les groupes ethniques au pouvoir. Ils agissent comme des armées anti-coup d’État pour la sécurité et la perpétuation de l’élite tribale au pouvoir.

Deuxièmement, l’armée, une organisation si secrète en termes de fonctionnement, est une avenue pour l’auto-agrandissement parce qu’une grande partie de ses dépenses sont classifiées. Nous ne savons jamais combien est dépensé pour quel type de matériel militaire afin que nous sachions qui a obtenu quel pot-de-vin parce que cela « compromettrait la sécurité nationale ».

Troisièmement, les armées africaines sont désormais la monnaie d’échange et le filet de sécurité des dictateurs africains qui recherchent la protection et les faveurs de l’Occident. Ils font le sale boulot du « maintien de la paix » en sacrifiant le sang de soldats africains dans des pays lointains.

La protection des frontières reste le rôle majeur de l’armée africaine moderne.

Mais là aussi, vous ne vous attendez pas à une guerre à part entière de sitôt en cas de désaccord et d’échec diplomatique. De nombreux pays africains appartiennent désormais à des donateurs et à des capitaux internationaux qui ne permettront pas la guerre entre États. De telles guerres interféreraient avec la quête du capital international pour exploiter (voler) les ressources du continent. Ainsi, en cas de malentendu, les pays africains ne peuvent s’arrêter qu’à la théâtralité et à la fermeture des frontières, pas à la guerre. C’est pourquoi dans certains pays, vous trouvez des généraux ventrus arrogants, mal entraînés et oisifs qui n’ont aucune trace d’avoir combattu dans des guerres importantes, avec beaucoup de temps libre.

Leur principale préoccupation est de menacer les civils dont ils s’emparent des terres et les manipulent avec aisance en prétendant qu’ils ont « combattu » et qu’ils ont donc le droit d’accumuler des richesses. À d’autres moments, ils se mêlent de surveiller l’économie et de distribuer les ressources de manière sélective pour soumettre le citoyen et aider à perpétuer les gouvernements qu’ils servent.

Dans de nombreux cas, on leur accorde une marge de manœuvre pour accumuler primitivement des richesses, les laissant redevables au statu quo parce que leurs intérêts ne font plus qu’un. Ils feront tout leur possible pour apporter un soutien politique à l’élite tribale dirigeante afin de s’assurer qu’elle reste au pouvoir. Ils le feront en s’immisçant directement dans le vol des élections et en usant de la violence contre leurs rivaux politiques.

Voir aussi

RD Congo: constamment en crise à cause de ses ressources naturelles

La République démocratique du Congo, également connue sous le nom de RD Congo,...

Qui sont les ennemis de l’Afrique ?

Ce discours prononcé par le ministre de la Défense malien met en lumière...

En 2023, la guerre se fait avec des drones

L'utilisation de drones dans la guerre est devenue un aspect de plus en...
Send this to a friend