Pourquoi tant de bases militaires étrangères en Afrique

Publié le :

Dans une déclaration d’avril 2016, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine a exprimé sa préoccupation concernant les bases militaires étrangères sur le continent et l’établissement de nouvelles bases. Le conseil a appelé les États membres à être «circonspects» lorsqu’ils «concluent des accords qui conduiraient à l’établissement de bases militaires étrangères dans leur pays». Malgré ces inquiétudes, le continent accueille un nombre croissant d’opérations et de bases militaires étrangères, en grande partie en raison d’accords bilatéraux entre certains États membres de l’Union africaine (UA) et des puissances étrangères.

La question de la présence militaire étrangère est à nouveau à l’ordre du jour du CPS en août 2019

Actuellement, sur les 13 pays ayant une présence connue en Afrique, les États-Unis (US) et la France ont le plus de troupes sur le continent. Selon le ministère français de la Défense, la France compte environ 7 550 militaires répartis sur tout le continent dans diverses opérations et missions militaires (à l’exclusion des opérations de l’ONU), tandis que les États-Unis en ont un nombre plus élevé répartis dans 34 avant-postes connus à travers le Nord, l’Ouest et Régions de la Corne de l’Afrique.

La Corne de l’Afrique est devenue l’épicentre de cette présence, avec environ 11 bases militaires étrangères. Cela est largement dû à la proximité stratégique de la région avec le Moyen-Orient et l’Asie et à l’émergence subséquente d’un complexe de sécurité régional le long de la mer Rouge.

Présence militaire étrangère en Afrique

 

Depuis leurs bases tentaculaires à travers le continent, les militaires étrangers se concentrent principalement sur la protection de leurs intérêts, la sécurisation des régimes amis, la projection de leur influence dans un contexte de concurrence croissante entre les puissances mondiales et la lutte contre les menaces à la paix et à la sécurité internationales, en particulier celles posées par les activités des groupes terroristes et pirates, notamment dans le golfe d’Aden.

Moteurs locaux de la présence militaire étrangère

Il y a eu une augmentation substantielle de la taille et de l’étendue de la présence militaire étrangère en Afrique après le 11 septembre, en grande partie à cause des actions égoïstes des puissances étrangères et de leur empressement à projeter leur influence sur le continent. Cependant, leur présence est clairement révélatrice d’importantes lacunes dans les réponses de l’Afrique aux défis actuels en matière de paix et de sécurité, en particulier les menaces émanant de groupes terroristes et de la piraterie maritime.

La Corne de l’Afrique est devenue l’épicentre de cette présence, avec environ 11 bases militaires étrangères

Ces lacunes sont causées par l’incapacité de l’Afrique à opérationnaliser rapidement l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA), en particulier sa composante de la Force africaine en attente (FAA), qui aiderait à contenir certaines de ces crises. Une APSA fonctionnant bien aurait permis au continent de répondre correctement à ses défis de sécurité tout en assurant à la communauté internationale que l’Afrique est capable de relever ses propres défis, ainsi que les menaces à la paix et à la sécurité internationales.

La présence militaire étrangère en Afrique est également motivée par les États membres de l’UA qui sont prêts, malgré les inquiétudes de l’UA concernant la situation, à louer leurs territoires à des puissances étrangères.

Outre le droit des États membres souverains de l’UA de déterminer le bon usage de leurs territoires, la location de territoires pour des bases militaires est principalement motivée par des gains économiques nationaux et parfois par la tendance de certains États membres à rechercher une aide extérieure pour faire face à de graves problèmes de sécurité. Djibouti, par exemple, génère plus de 300 millions de dollars américains par an grâce à la présence militaire étrangère sur son sol.

D’autres États membres de l’UA, comme les anciennes colonies françaises, ont accueilli des bases militaires françaises à la suite d’accords militaires bilatéraux signés après l’indépendance. La garantie de la sécurité du régime pour le gouvernement en place et la sécurisation des intérêts économiques français dans le pays hôte et dans la région sont les principaux motifs de ces arrangements.

Les dangers de la présence militaire étrangère en Afrique

On peut dire que les succès des attaques de drones américains en Somalie ont contribué de manière significative à réduire la capacité de sabotage d’al-Shabaab dans les efforts de paix. Pourtant, malgré cegenre de  contributions directes, il y a aussi un inconvénient à cette présence militaire étrangère.

La concurrence entre les différentes armées étrangères a conduit à des activités qui surchargent le paysage de la sécurité

Premièrement, la concurrence entre les diverses armées étrangères pour influencer les réponses aux défis dans les points chauds de l’Afrique a conduit à une multiplicité d’activités qui surchargent le paysage de la sécurité, en particulier au Sahel et dans la Corne de l’Afrique. Cela a eu des implications directes sur l’émergence de structures de réponse régionales ad hoc telles que la Force conjointe du Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel) et la Force opérationnelle interarmées multinationale (MNJTF).

De telles réponses régionales émergent de la volonté de certains États africains de relever certains défis sécuritaires en dehors du cadre des communautés économiques régionales, avec l’appui d’une présence militaire étrangère. Le G5 Sahel, par exemple, est considéré par beaucoup comme la stratégie de sortie de la France du Sahel. L’existence de réponses ad hoc telles que le G5 Sahel, dans lequel les autorités et la présence militaire françaises ont joué un rôle clé, a atténué l’urgence d’opérationnaliser les structures de sécurité régionales.

La présence croissante des puissances asiatiques à Djibouti indique un autre risque majeur. Suite à la présence croissante de la Chine dans le pays, les cercles japonais et indiens craignent de plus en plus ses implications pour l’influence chinoise dans l’océan Indien. Le résultat est une expansion conséquente de l’influence japonaise à Djibouti.

Cela n’a pas seulement exporté les tensions en mer de Chine orientale vers l’Afrique, mais a également rendu l’Afrique pratiquement complice des actions de ses hôtes ailleurs. Ce dernier ressort clairement du rôle de Djibouti en tant que base pour les opérations de drones américains en Somalie et au Yémen, ainsi que de l’utilisation par les Émirats arabes unis de la base d’Assab en Érythrée pour des opérations au Yémen.

La rivalité entre les États-Unis et la Chine se joue à Djibouti, où les deux pays rivalisent pour se dépasser

L’impact déstabilisateur potentiel que la rivalité croissante entre les grandes puissances mondiales peut avoir sur le continent est également important. La rivalité entre les États-Unis et la Chine se joue à Djibouti, où les deux pays rivalisent pour se dépasser et se sont mutuellement accusés d’espionnage.

Alors que les Chinois ont accusé les États-Unis de prendre des photos non autorisées de leurs installations, les États-Unis ont accusé la Chine de braquer des lasers sur les yeux des pilotes américains. De tels développements soulèvent de sérieuses inquiétudes quant aux résultats à long terme des tensions persistantes entre les puissances mondiales (la Chine et les États-Unis) et entre les puissances régionales, telles que le Japon et la Chine.

En plus de transformer l’Afrique en un territoire par procuration pour la concurrence extra-régionale, les risques d’escalade de telles tensions sont également élevés. Dans le cas d’une telle escalade, l’État membre hôte et le continent africain, en général, devraient abriter l’épreuve de force et subiront la destruction qui s’ensuivra.

Pas de consensus continental

Il est particulièrement crucial que, malgré les risques associés à la présence militaire étrangère et l’appel de l’UA aux États membres à la circonspection dans leurs relations, il n’existe toujours pas de consensus continental établi sur les modalités de régulation des initiatives bilatérales qui aboutissent à l’établissement de bases .

Il n’y a toujours pas de consensus continental sur les modalités de régulation des initiatives bilatérales aboutissant à l’établissement de bases

Cela soulève des questions quant à ce qui constitue la « circonspection », étant donné que les États membres se réservent le droit de poursuivre leurs intérêts nationaux en tant qu’entités souveraines. Cela a permis des relations bilatérales qui peuvent être entourées de secret mais qui ont toujours des implications importantes pour la sécurité collective sur le continent.

L’appel du CPS à la circonspection

La demande de circonspection de l’UA de la part des États membres est nécessaire pour éclairer une action continentale urgente. Le besoin d’urgence découle de la nature autojustificatrice de la présence militaire étrangère. Les États-Unis, par exemple, ont de nombreuses bases militaires, souvent appelées Lily pads, sur le continent à partir desquels ils mènent des opérations de drones, des entraînements, des exercices militaires, des actions directes et des activités humanitaires.

L’infrastructure associée, les systèmes de soutien et le personnel militaire pour ces opérations ont, en eux-mêmes, représenté un intérêt américain significatif pour l’Afrique. L’armée américaine justifie sa présence sur le continent comme nécessaire à la protection de ces intérêts.

En raison de la nature sensible de la situation, les discussions sur l’avenir de la présence militaire étrangère exigent donc la plus grande objectivité – non seulement pour les États membres africains mais aussi pour tous les acteurs qui se bousculent actuellement pour une présence à travers le continent.

Source :
Questions over foreign military presence in Africa by PSC REPORT, www.issafrica.org

Voir aussi

Les pays Africains jouent-ils un rôle central dans les relations internationales ?

Trois choses essentielles structurent la bataille sur la scène internationale à savoir la...

RD Congo: constamment en crise à cause de ses ressources naturelles

La République démocratique du Congo, également connue sous le nom de RD Congo,...

Que valent les armées Africaines face à celles des grandes puissances ?

S'adressant à la radio BBC à Londres où il a assisté au premier...
Send this to a friend