En 2023, la guerre se fait avec des drones

Publié le :

L’utilisation de drones dans la guerre est devenue un aspect de plus en plus répandu et controversé de la stratégie militaire moderne. À mesure que ces véhicules aériens sans pilote (UAV) deviennent plus avancés et accessibles, les implications géopolitiques de la guerre des drones deviennent de plus en plus importantes, soulevant des questions importantes sur l’avenir de la sécurité mondiale.

L’un des aspects les plus remarquables de la guerre des drones est sa capacité à transcender les frontières géographiques traditionnelles. Contrairement aux forces militaires conventionnelles, souvent limitées par des contraintes logistiques et politiques, les drones peuvent être déployés rapidement et discrètement sur de grandes distances. Cela a permis à des pays comme les États-Unis de mener des frappes ciblées dans des pays comme le Pakistan, le Yémen et la Somalie, souvent sans le consentement explicite des gouvernements de ces pays. Cela a soulevé des inquiétudes quant à l’érosion de la souveraineté nationale et au potentiel d’escalade des conflits entre les États.

De plus, l’utilisation de drones a soulevé des questions éthiques sur la nature même de la guerre. Le fonctionnement à distance des drones permet un niveau de détachement du champ de bataille qui n’a jamais été possible auparavant, ce qui conduit certains à affirmer que cette technologie permet aux pays de s’engager plus facilement dans un conflit armé sans tenir pleinement compte du coût humain. Les critiques soutiennent que la relative facilité et le faible risque des frappes de drones peuvent encourager les gouvernements à recourir plus facilement à la force militaire, déstabilisant potentiellement les régions et augmentant la probabilité de conflit.

La prolifération de la technologie des drones a également soulevé des inquiétudes quant à la possibilité d’une course aux armements entre les nations. À mesure que de plus en plus de pays développent et acquièrent des UAV, il existe un risque croissant que ces armes soient utilisées de manière déstabilisatrice, soit par des acteurs étatiques, soit par des groupes non étatiques tels que des terroristes ou des insurgés. Le développement rapide de la technologie des drones a dépassé l’établissement de normes et réglementations internationales régissant leur utilisation, créant un vide juridique et éthique qui pourrait avoir des conséquences dangereuses pour la sécurité mondiale.

En plus de ces préoccupations, l’utilisation de drones dans la guerre a des implications importantes pour l’équilibre des pouvoirs entre les nations. À mesure que de plus en plus d’États acquièrent des drones, la capacité de projeter de la puissance et d’effectuer une surveillance au-delà de leurs frontières se démocratise de plus en plus. Cela a le potentiel de perturber la dynamique de pouvoir traditionnelle et de créer de nouveaux défis de sécurité, car les acteurs non étatiques et les petits États accèdent à des capacités auparavant réservées aux grandes puissances.

Outre ces préoccupations stratégiques et juridiques, l’utilisation de drones en temps de guerre a des conséquences humanitaires importantes. Alors que les partisans de la guerre des drones soutiennent qu’elle permet un ciblage plus précis et réduit ainsi les pertes civiles, les critiques soutiennent que le recours aux UAV peut conduire à une dévaluation de la vie humaine et à une désensibilisation aux conséquences de l’action militaire.

L’avantage décisif des drones

Pour les petits et moyens États, le fait d’avoir des drones crée un avantage significatif par rapport à leurs homologues sans technologies similaires. Les petits États comme l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont des forces aériennes relativement peu sophistiquées, avec un nombre limité d’avions de combat. Les drones sont une alternative nettement moins chère. Les drones offrent également des avantages tactiques. Le TB2, et de nombreux drones similaires, peuvent flâner jusqu’à une journée sur une cible, et souvent plus longtemps que cela. Le drone peut, par exemple, surveiller un point d’étranglement – peut-être une vallée ou un col de montagne – pour que les soldats ennemis passent, puis les faire exploser. Potentiellement, toute unité militaire exposée à portée est en danger. Dans le même temps, les drones sont excellents pour lever le brouillard de la guerre : les drones de surveillance peuvent être équipés de caméras, de capteurs infrarouges, de LIDAR (détection et télémétrie de la lumière) et d’autres systèmes pour surveiller tout ce qui se passe. Même pour les grandes puissances avec des forces aériennes plus importantes et plus avancées, ces avantages constituent un complément important aux aéronefs pilotés.

Mais l’autre moitié de l’équation est la défense contre les drones. Dans le conflit du Haut-Karabakh, l’Azerbaïdjan a rapidement anéanti les défenses aériennes limitées de l’Arménie. L’Arménie ne semble pas posséder de systèmes de contre-drones.

Le défi des drones va croître dans les années à venir

Les drones opèrent de plus en plus en grand nombre avec des degrés d’autonomie plus élevés. Les États s’efforcent de développer et de tester des essaims de drones, des drones qui communiquent entre eux pour atteindre des objectifs communs. Par exemple, en septembre, CETC, une entreprise publique chinoise, a testé avec succès un lanceur capable de tirer jusqu’à quarante-huit drones prétendument équipés d’un logiciel permettant une certaine coopération. Dans le même temps, les drones peuvent de plus en plus être exploités avec peu ou pas de contrôle humain. Le TB2 turc aurait un système de vol entièrement automatique et serait capable de taxi et de stationnement autonomes. La technologie est suffisamment simple pour que les drones amateurs disponibles pour environ 1 600 $ puissent voler de manière autonome le long de trajectoires prédéfinies, suivre des cibles et maintenir une altitude spécifiée. La combinaison de l’autonomie et de l’essaimage exacerbe le défi de la lutte contre les drones : les États doivent se défendre contre beaucoup plus de drones et l’autonomie peut rendre certaines défenses de drones inutilisables.

Il est presque certain que les drones joueront un rôle important dans les conflits futurs.

Voir aussi

Les pays Africains jouent-ils un rôle central dans les relations internationales ?

Trois choses essentielles structurent la bataille sur la scène internationale à savoir la...

RD Congo: constamment en crise à cause de ses ressources naturelles

La République démocratique du Congo, également connue sous le nom de RD Congo,...

Qui sont les ennemis de l’Afrique ?

Ce discours prononcé par le ministre de la Défense malien met en lumière...
Send this to a friend